Ce matin, la connection internet a été rétablie

après une panne générale sur toute la région de Moulay Bousselham.

Je me presse de vous poster les images toutes simples

du plus bel océan du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai vu se briser tant de vagues sur la plage,

et j'ai chassé les ombres des nuages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcher le long de l'océan, au pied des dunes.

Cela peut vous guérir de tous les maux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fleurs des sables....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la sortie de Moulay Bousselham, se trouve une usine de conditionnement de fraises qui poussent dans les sables autrefois incultes et qui sont devenus fertiles grâce à un immense programme d'irrigation : on trouve ici aujourd'hui des fraises, des framboises, des asperges, des broccolis, des avocats, la liste est longue. Sous les sables, une immense nappe phréatique dans laquelle on pompe la richesse du millénaire, en espérant que la gestion de cette eau, source de vie miraculeuse, se fait avec bon sens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut les enfants, labass al wlad...

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut le pigeon, hamam salam

 

 

 

 

 

 

 

Petit âne mendiant et gris, ô toi qui n'en peux plus,

ô toi qui en peux mais, avoue que tu n'as pas de veine...

 

 

 

 

 

 

 

Peu d'eau dans la merja zerga cette année, les pluies d'hiver ont été rares, on a pompé davantage dans la nappe phréatique. Peu d'eau, moins de courant, le sable qui pénètre avec les marées de l'Atlantique s'accumule davantage... L'équilibre de l'eau ne tient qu'à un fil... Le principal oued qui alimente la merja est le Drader... A 2 heures de vélo, à la sortie de Souk el Arba du Gharb, un autre oued, le M'da n'est qu'un égoût a ciel ouvert. Nous pêchions, enfants, des crevettes grises sous les algues vertes, des carpes, des barbeaux. Aujourd'hui l'eau est un filet d'autant plus noir qu'il a peu plu... Equilibre de l'eau malmené. L'écologie est l'apanage des pays riches... Il faut de toute urgence une station d'épuration à Souk el Arba du Gharb...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut le palmier, labass nekhla....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une barque s'apprête à franchir le goulet d'accès à la merja. Parfois, il faut prendre des risques pour aller pêcher son gagne-pain... Cet hiver, seulement 2 barques se sont retournées dans le goulet, sans faire de victime. Ô combien de marins combien de capitaines, qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, de ce morne horizon ne sont pas revenus....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avenir du nouveau millénaire....

 

 

 

 

 

 

 

Le marabout de Moulay Bousselham domine le goulet de la Merja. A l'origine, il n'y avait que lui, avant le développement de la station balnéaire. De l'autre côté du goulet, le petit marabout du rival, Sidi Abdeljlil el Tiar, le Saint oublié... J'ai toujours un  faible pour les oubliés...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand je rentre au nid chez Pierrot, Souad nous a concocté un couscous...

Je le dévore comme un premier amour, goulument. 

C'est un de mes défauts, l'unique probablement : je suis goulu...

 

 

 

 

 

 

Souad, cordon-bleu, et de multiples talents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au nid chez Pierrot, la meilleure place après un génial couscous, 

c'est dans le hamac sur la terrasse au dessus du plus bel océan du monde. 

Pendant que les invités attendaient le café, 

j' y ai filé à l'anglaise pour une bonne sieste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"""Rappelle toi ce chien de mer que nous libérions sur parole,

qui gueule encore dans le désert des goëmons de nécropole,

je suis sûr que la vie est là avec ses poumons de flanelle,

quand tu pleures de ces temps-là le frog tout gris qui nous appelle,

je me souviens des soirs là-bas et des sprints gagnés sur l'écume,

cette bave des chevaux ras au ras des rocs qui se consument,

ô l'ange des plaisirs perdus ô rumeur d'une autre habitude,

mes désirs dès lors ne sont plus qu'un chagrin de ma solitude..."""

 

Page suivante :  ~~ LE SOUK DE LALLA MIMOUNA ~~