Derniers achats à l'entrée de Tanger,

avant d'embarquer à bord du Biladi.

Sous la pluie, ciel de circonstance,

il n'y a pas foule dans la boutique...

J'ai un coup de foudre pour 5 jolies jarres toutes simples.

 

 

 

J'ai eu mes poteries à un prix confidentiel...

Je n'avais plus qu'un petit billet dans ma tirelire...

Et pour consoler le vendeur,

je me suis séparé de ma paire de lunettes solaires Julbo...

 

 

 

Nous avions embarqué à Tanger à bord du Biladi

sous une petite pluie fine de circonstance.

La nuit a chassé les nuages, il fait bon sur le pont arrière.

Le vent relatif est nul,

c'est génial de voir la mer moutonner sans être décoiffé...

En mer, le vent, c'est toujours mieux de l'avoir au cul.

(expression courante dans la marine :

un bateau, c'est comme une femme,

les anglais disent "she" quand ils parlent de navires...

Un bateau, cela a un cul...)

 

 

 

On savoure la douceur de la lumière...

Quoi de plus zen qu'une petite croisière vent arrière?

 

 

 

Ce petit porte-conteneur contrebordier,

il l'a dans la gueule, le vent.

Vitesse du vent 20 noeuds

plus vitesse estimée du navire 15 noeuds,

cela donne 35 noeuds de vent relatif,

si le capitaine n'a pas mis sa jugulaire,

il y a de fortes chances pour que sa belle casquette

vole à la mer depuis l'aileron de la timonerie...

Ce qu'il faut retenir des vents apparents,

c'est que dans la vie, tout est très relatif...

 

 

 

A bord du Biladi ce Samedi 29 Mai,

il fait relativement très beau,

on peut s'évader avec un sudoku

sans mettre sa jugulaire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est nous les gars de la Marine, en avant en avant,

c'est nous les gars de la Narine, en avant, en avant...

 

 

 

Il faut en faire des voyages, il faut en faire du chemin,

ce n'est pas dans son village qu'on peut gagner son pain...

Loin de son toît de sa ville, à cinq cents lieues vers le Nord,

le soir dans un bidonville, le portugais s'endort...

Il est arrivé à la gare d'Austerlitz voilà 15 ans déjà,

il n'a qu'une idée gagner beaucoup d'argent et retourner là-bas,

le portugais dans son ciré trop rouge, qui ressemble à un épouvantail...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'est-elle pas belle Maman Lysette,

pieds à pieds avec le petit gars de la Marine?????

 

 

 

Mais du bord du bateau qui m'éloignait du quai,

une chaine dans l'eau, a claqué comme un fouet...

J'ai longtemps regardé ses yeux bleus qui pleuraient :

la mer les a noyés dans le flot des regrets....

Soleil, soleil, soleil de mon pays perdu,

des villes blanches que j'aimais,

des filles que j'ai jadis connues...

J'ai quitté une amie, je vois encore ses yeux,

ses yeux mouillés de pluie, de la pluie de l'adieu...

Je revois son sourire, si près de mon visage,

il faisait resplendir, les soirs de mon village....   

 

 

 

J'ai longtemps regardé, ses yeux bleus qui pleuraient...

La mer les a noyés, dans le flot des regrets....

Soleil, soleil de mon pays perdu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Royal baby lips, Royal Navy ship....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18 noeuds 400 cents tonneaux,

je suis fier d'y être matelot...

 

 

 

Au pays j'irai voir Margot, à son doigt je passerai l'anneau...

Tiens bon la barre et tiens bon le vent, hisse et oh! Santiano...

 

 

 

A notre table, il y a un grand baroudeur (qui prend la photo),

un couple Suisso-marocain,

Maman et Guy couple "franco-marocain",

et ma pomme franco-marocaine célibataire

(une pomme c'est féminin que je sache)...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 31 Mai 2007, port de Sète... Maman a un beau sourire...

Le BILADI a englouti notre beau voyage sans crier gare...

Il y aura d'autres départs, d'autres regards, d'autres horizons...

Pour mieux revenir au nid... et écrire d'autres jolies pages...

 

 

 

Le sillage du Biladi a englouti notre beau voyage,

mais la vie continue...

Hier Dimanche, fête des pères.

 

 

 

Maman nous gâte comme chaque fois.

Une assiette de carottes bouillies pour Anne-Laure

qui a pris quelques kilos bien répartis.

Cela ne l'empêchera pas de goûter au poulet-pommes au four,

on ne résiste pas quand un plat croustille.

Seb a profité du voyage de Guy à l'île de Ré

pour prendre la place du Vizir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maman et Anne-Laure croisent le fer au scrabble :

Méfiez-vous du sourire angélique d'Anne-Laure :

elle est impitoyable au scrabble :

je crois qu'elle a "oxydee" sur sa tablette,

elle va faire 4 scrabbles dans la même partie,

plus de 500 points dans sa seule escarcelle,

doux Jésus j'ai bien fait de décliner l'invitation....

 

 

 

Le soir, le dîner a lieu chez moi.

Ma spécialité : friture de gambas, salade, vin blanc,

apéro pastis pour Seb et moi, coca pour Anne-Laure et Maman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà pour aujourd'hui,

le second voyage au Maroc de l'année est fini.  Mais le blog continue...

Des photos bientôt d'un scorpion et de deux chenapans du côté de la Crète.

Et les tilleuls sentent bon dans ces bons soirs de Juin...

Vous pouvez découvrir l'intégralité du voyage ici:

Page suivante :  ~~ FÊTE DE LA MUSIQUE ~~