Que fait Guy :

1) Il écoute un transistor? 

2) Il pilote un petit bolide télécommandé? 

3) Il pêche à la ligne? 

4) Il étend le fil à linge? 

5) Il connecte le sweet gipsy à la borne de courant?

(réponses à envoyer à chiloedream@hotmail.fr)

 

 

 

 

 

 

Pomponnés pour la visite de Brotch et Cyrillou...

 

 

 

 

 

 

Maman explique notre voyage passé et futur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les play-boys de Ouarza... 

Petit tour en ville à pieds et en taxi avant l'apéro du soir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Dans le grand Sud, 

les champs ont déjà été fauchés,

le plus souvent à la faucille.

Trois jours plus tard,

vous verrez du côté d'Azrou que les blés sont loin d'être mûrs.

Maroc, sublime pays de contrastes,

de lumière et de grands horizons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plus grande richesse du Maroc, 

ce sont ces regards d'enfants...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route de Tinerhir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au menu, salade de fleurs des sables...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une moisson dorée devant une maison toute simple. 

Je suis entré, je n'ai pas osé prendre de photo :

une natte, une petite mida, un canoun, 

une grande jarre qui suinte et qui garde l'eau fraîche...

Cela ressemblait à la noëlla d' Aïcha à Siah. 

Ici manquait le petit coffre métallique

où Aïcha entassait les quelques trésors d'une vie...

 

 

 

 

 

Maman n'a pas su résister : 

Trois colliers de boutons de roses se balancent dans le sweet gipsy.

 

 

 

 

 

 

 

A l'entrée de Kalaa Mgouna

 

 

 

 

 

 

 

L'usage du vélo a pris une ampleur exceptionnelle, 

particulièrement dans le sud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil décline sur les gorges du Todra. 

Nous dormirons au coeur de l'oasis, un peu en aval,

au camping l'Atlas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A deux pas du camping de l'Atlas, 

la source des poissons sacrés remplit un joli bassin limpide...

On ne s'y baigne pas, il faut savoir respecter le sacré, 

mais on peut tout à loisir marcher dans le lit du ruisseau....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au petit matin, je franchis à nouveau le ruisseau. 

Sur l'autre rive, des petits jardins de paradis :

on y ouvre et on y referme des petits canaux d'irrigation, 

les champs ont la taille d'un petit salon de maison cossue,

tout est paisible.

Une kasbah en ruine domine la palmeraie de l'ocre de ses façades.

C'est peut-être par ici 

que je viendrai vivre mon dernier battement de cil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On fauche la luzerne accroupi sur les petits arpents du bon Dieu... 

Allah akbar...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La luzerne est évacuée dans de grands chouaris métalliques 

avant de sécher dans les courettes des maisons...

 

 

 

 

 

 

 

Le gué....

 

 

 

 

 

 

 

Le puits.... entre Tinerhir et Er Rachidia, 

l'ancienne Ksar es Souk

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On lave la laine au puits avant de la filer et de la tisser...

 Et on garde son mystère de jeune fille sous le voile des étoffes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Er Rachidia, on longe la vallée du Ziz vers le Sud... 

Guy est toujours volubile dans sa langue préférée...

Il captive son auditoire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Merzouga, le sympathique Kada nous accueille à "l'étoile du désert" 

au pied des dunes majestueuses...

 

 

 

 

 

 

 

My sweet Ginet est une séductrice, 

tout le monde veut se l'approprier, y compris  Kada...

 

 

 

 

 

 

 

""La Romance des Sables"" avec LD et GG, 

en marge du festival de Cannes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit lac au pied des dunes de Merzouga

 

 

 

 

 

 

 

Deux habitants des dunes, avec plumes,

et sans plumes... ni poils...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le petit lac au pied des dunes de Merzouga, 

il y avait ce jour-là un unique flamant rose et ces deux "oies du désert",

des tadornes (merci Jean-Paul)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore des oiseaux que je découvre dans l'erg de Merzouga. 

Je les baptise "perdrix des sables",

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre Merzouga et Rissani....

 

 

 

 

 

 

 

Pour la petite histoire, je me suis offert ce chèche de 6 m, 

et c'est le vendeur berbère lui-même qui me l'a placé,

dans les règles, j'avais l'impression d'être chez le coiffeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de Merzouga,

on entame notre remontée vers le Nord.

 

 

 

 

 

 

 

Entre Erfoud et Er Rachidia, 

un geyser d'eau salée s'écoule dans le lit du Ziz.

Le gardien nous explique que cette eau jaillit depuis une quinzaine d'années. 

Elle viendrait de Méditerranée par des infiltrations souterraines

et grâce au niveau très bas de la poche, en dessous du niveau de la mer, 

la différence de pression fait jaillir la mer dans le désert....

Parole de gardien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Nord d' Er Rachidia, 

un grand barrage sur le Ziz, en amont des résurgenges d'eau salée,

capte une eau claire limpide et miraculeuse, 

source de vie pour tous les habitants de la région...

L'eau, richesse incontournable du nouveau millénaire...

Protégeons-la, respectons-la, savourons-la...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je viens de me baigner dans les eaux claires et limpides du Ziz.

 

 

 

 

 

Du côté de Midelt, il reste de la neige sur le djebel Ayachi...

 

 

 

 

 

 

 

A Midelt, nous rendons visite au Père Marc Beaurepaire. 

Plus un seul paroissien à Midelt.

Il reste une belge médecin mariée à un marocain 

et une croate pharmacienne nous dit-il.

Le père Beaurepaire continue à dire  la messe

pour les soeurs franciscaines

et le frère rescapé de Thibérine.

 

 

 

 

 

 

 

Visite à l'atelier de broderie et de tissage

des soeurs franciscaines.

 

 

 

 

 

 

 

Le frère Michel nous reçoit au couvent de Midelt. 

Il est le seul rescapé avec le frère Amédée,

du massacre de Thibérine.

Il nous raconte avec émotion et sérénité ces évènements.

 

 

 

 

 

 

 

On se recueille dans la petite chapelle érigée à Midelt 

à la mémoire des 7 frères disparus de Thibérine.

Thibérine signifie "Jardin fleuri" en berbère...

 

 

 

 

 

 

 

Le frère Michel a 83 ans, comme Maman et Guy. 

249 ans à eux trois, ne comptez pas,

cela fait pile un quart de millénaire de souvenirs,

moins 1 an...

 

 

 

 

 

 

 

Petite prière dans la grande chapelle en cours de rénovation...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes arrivés de nuit au joli camping d'Azrou 

sur la route d'Ifrane

après la plus longue étape du voyage : Merzouga/Azrou : 430 km.

Ce matin, Guy prépare le sweet Gipsy-car pour l'étape du jour :

Azrou/Fès via Sefrou et Bhalil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du côté de Ouarzazate,

les champs étaient moissonnés. 

On a changé de saison à Azrou.

Beau Maroc, pays de contrastes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petits singes macaques de la forêt de cèdres

au-dessus d'Azrou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des géants de l'Atlas couchés. 

On préfère très nettement les voir debout,

dressés vers le ciel.

 

 

 

 

 

 

 

A la lisière de cette belle forêt, 

l'Abbaye de Tioumliline où le Grand-Père de mon frère chenapan

vécut ses dernières années.

Le cimetière a été déplacé vers Azrou. 

On ne retrouve que quelques pierres noires...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici à Sefrou Rue des Charmilles. 

La plaque est d'époque, elle est apposée au mur de la maison

où Guy vécut en 1954. J'avais 1 an, mon frère le Coq moins 1 an...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En face de la rue des Charmilles, 

Guy photographie la maison voisine du Docteur Milhaud.

Le temps semble s'être figé, et pourtant un demi-siècle a passé... 

Et le souvenir demeure...

" Les souvenirs foisonnent envahissent mon être, 

et mon passé revient du fond de sa détresse,

non je n'ai rien oublié, rien oublié... 

Marié moi, allons donc, je n'en ai nulle envie,

j'aime ma liberté et puis de toi à moi, 

je n'ai pas rencontré la femme de ma vie,

mais allons prendre un verre, et parle-moi de toi... 

Que fais-tu de tes jours, es-tu riche et comblée,

et alors ce mariage, entre nous tes parents ont dû crever de rage,

pour un mari choisi sur sa situation...."""

 

 

 

 

 

 

Après Sefrou, Guy nous entraîne vers Bhalil toute proche :

Sur cette place, à cet endroit exactement,

il était intervenu en 1956 pour séparer deux bandes rivales, 

deux quartiers qui s'affrontaient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après Bhalil,

on met cap sur Fès et le Palais Jamaï...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue sur Fès de la terrasse du Palais Jamaï...  

 

 

 

 

 

Hier, c'était la journée souvenirs de Guy,

qui a terminé sa carrière diplomatique

par un poste de Consul dans la belle ville de Fès.

Passage obligé à la Résidence, puis au Consulat...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant la porte de l'Ambassade, 

Melle Giordano nous dit qu'elle restera couchée là

jusqu'à ce qu'elle soit reçue par le Consul (en poste). 

Je ne saisis pas toute son histoire, mais elle n'a pas été battue,

elle mange à sa faim, son petit garçon de 3 ans va bien, 

elle s'entend bien avec sa belle-famille marocaine...

Je lui promet de publier sa photo dans mon blog... 

Je lui promet que tout finira par s'arranger...

 

 

 

 

 

 

Hier Lundi 21 Mai 2007, 

nous nous sommes endormis sous les frondaisons du jardin de M'Barka

qui me rappelle le jardin disparu de mon enfance. 

Ce matin sur les coups de 7 heures,

grâce au ciel c'est là que nous nous réveillons. 

Je me sens bien dans la ville de ma naissance,

je respire bien dans la plus belle ville du monde. 

Le petit déjeûner n'est pas terminé

que M'Barka prépare déjà le repas de midi. 

Maman l'aide à éplucher 4 beaux kilos d'oignons

qui feront la garniture principale d'un fantastique couscous sucré... 

Au petit-déjeûner, Fatna nous montre une vieille photo

qui sommeille depuis des années au fond de son sac à main. 

Comme le temps a passé...

 

 

 Pour découvrir l'intégralité du voyage, cliquer sur le lien orange:

http://chiloedream3.canalblog.com/

 Page suivante : ~~ LA FIN D'UN BEAU VOYAGE ~~